Monday, September 3, 2012

Entretien d'embauche : comment négocier une promesse d'augmentation ?


Vous êtes bien parti pour avoir le job. Mais le salaire proposé par le recruteur est en dessous de vos attentes. Rien ne vous empêche de proposer à ce dernier une augmentation dans le temps. Voici comment argumenter.

Une augmentation en fonction d'objectifs de résultats

Difficile d’être trop gourmand. « La conjoncture incite à un peu de souplesse » : question salaire, Patrick Taranto est pragmatique. Mais pas défaitiste pour autant. Selon ce consultant, auteur du livre Devenez un as de l’entretien d’embauche, il est tout à fait possible d’envisager une augmentation au bout d’un an, voire dès six mois, lord de la signature d’une embauche. « L’essentiel, dans une négociation, est de rester au plus près des besoins du recruteur, explique-t-il. Ainsi, un employeur promettra rarement une réévaluation sans garantie de résultat. On peut suggérer, par exemple, une augmentation dès la fin de sa période d’essai en fonction d’une performance à accomplir. Si l’augmentation est soumise à l’obtention de résultats, il pourra plus difficilement refuser. »
« Pour certains profils, comme des commerciaux, c’est plus simple car il y a des résultats chiffrés à prendre en compte, explique Albert Hamoui, avocat spécialisé en droit du travail et ancien recruteur. Mais on peut aussi fixer d’autres objectifs comme la réorganisation d’un service pour un manager. Ou, pour d’autres métiers, se baser sur des enquêtes de satisfaction. Un DRH peut même inscrire plusieurs paliers dans un contrat de travail pour motiver ses salariés ! »

Promesse d'augmentation : combien, quand et comment

« Quand un recruteur lance une promesse du genre ‘Ne vous inquiétez pas, je vous augmenterai’, ou ‘On s’en reparlera en fonction de vos résultats’, c’est insuffisant, prévient Pierre Bultel, consultant et directeur du cabinet PBRH. Il faut définir une somme ou un pourcentage précis et déterminer s’il s’agira d’une part du salaire fixe ou variable plutôt que de l’attribution d’une simple prime. » Les deux parties devront aussi se mettre d’accord sur une échéance, les objectifs à atteindre et leur forme de calcul.

Inscription la promesse d'augmentation dans le contrat de travail

Reste, enfin, à inscrire cet accord noir sur blanc. « Si, lors de l’embauche, le recruteur vous promet un ajustement de salaire dans X mois, demandez-lui de le préciser dans votre contrat d’embauche », recommande Daniel Porot, auteur de 101 secrets pour bien négocier son salaire. Le consultant cite au moins trois bonnes raisons d’être vigilant : parce que les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent, parce que c’est une façon de montrer sa rigueur et fermeté dans la négociation à son employeur, et, accessoirement, parce que la personne qui a formulé cette promesse ne sera peut-être plus en poste au moment de la concrétiser. « Toutes les clauses particulières sont à éplucher avec la plus grande attention, conclut Albert Hamoui. Dans le doute, pensez à faire relire votre contrat par une personne compétente… »
Céline Chaudeau © Cadremploi.fr

No comments: